Pierres du tonnerre, 2022

La pièce Pierres du tonnerre s’intègre au cycle de missions de terrain initié par le projet La dérive des pôles.

Les météorites sont des pluies de projectiles célestes qui en impactant la Terre font l’écho d’un coup de tonnerre. C’est ainsi, que le 7 novembre 1492, fut attribué le nom de Pierre du tonnerre d’Ensisheim, à la chute d’une météorite sur le territoire d’Ensisheim. D’un âge proche de la formation du système solaire (4.7 milliards d’année), elle est la plus ancienne météorite qui ait été recueillie et conservée dans le monde occidental.

Sa découverte créé un véritable engouement humain, ravive les croyances de bonnes ou de mauvaises augures et l’idée d’un monde autre que terrestre. La météorite est fragmentée en amulettes, offertes à des personnes de hautes importances, placées dans différents lieux religieux, administratifs et muséales.

Qu’il soit géologique, géographique ou social, cet impact météoritique façonnent le relief actuel du Sundgau et créent un véritable «langage» fait de liens et de transmissions des croyances à travers le temps et les générations.

Tel un bloc, d'apparence commune, il se dresse au milieu de l'espace. La bâche qui l'enveloppe dissimule des formes mystérieuses, secrètes. À sa surface, des roches récoltées dans les champs d'Ensisheim reposent comme des vestiges du passé. Ces roches portent des inscriptions faites par le temps et l'érosion, un langage visuel qui pourrait devenir la représentation de messages actuels et vivants, une cartographie sensible, un acte d’activisme guérisseur.

Installation de blocs sous bâches et roches d'Ensisheim
Dimension : un trapèze de 2,80 mètres sur 1,50 mètres

_______________________________________________